Ribal et l'ombre des ancêtres

press to zoom

press to zoom
1/1

Lecture musicale                               Durée : 55 min                           Jeune public, à partir de 6 ans

 

 

Une lecture musicale pour 2 interprètes (lecture et voix/guitare) adaptée pour un espace scénique réduit, sans technique et pour une jauge public se prêtant à une écoute acoustique (écoles, médiathèques, site extérieur).

L'histoire

Il est un apprentissage fondamental dans le monde Bafia, le pays de Ribal, c’est celui de la danse. Et chaque année, sur le long chemin de craie blanche, celui qui borde le terrain vague du village, on organise un grand concours de danse.

 

Pour tous, c’est sûr, Ribal est le danseur le plus doué de sa génération. Et pourtant, il n’a jamais remporté l’épreuve. Il faut dire que le concours est difficile car il ne suffit pas d’être agile, souple, d’avoir la pleine maîtrise de son corps. Non, dans le monde Bafia, il faut aussi savoir s’accorder avec son ombre. Eh oui, son ombre.

 

Sachez que l’ombre dans le monde de Ribal n’est pas seulement conçue comme le reflet d’un corps. Non, pour ceux qui savent voir plus loin que les apparences, le contour ciselé ou non, la densité profonde ou claire d’une ombre, sa forme générale, disent aussi beaucoup de la personne à qui elle appartient. D’où toute l’importance qu’on lui prête au pays de Ribal.

 

Au cours de l’épreuve de danse qui se déroule à l’heure où le soleil incline ses rayons à l’oblique de la terre, il y a toujours un moment où, sur le chemin de craie blanche, dans l’espace occupé par le danseur, son ombre s’invite à la danse. C’est l’instant improvisé et magique de la rencontre entre le danseur et son double qu’attendent tous les spectateurs. La manière dont « ces deux-là » vont s’accorder permet de remporter ou de perdre l’épreuve.

 

Disons-le tout net, l’ombre de Ribal n’est pas au niveau d’habileté de son danseur. La séparation des deux est inévitable.

 

À partir de là, commence pour le jeune garçon un voyage initiatique dans la savane à la recherche d’une ombre qui soit en harmonie avec lui.

 

À la recherche de cette ombre, il sera tour à tour l’ombre d’un lion, d’un éléphant et d’un papillon. Enfin, sauvant une jeune tortue d’une mort certaine, il assurera l’avenir de son peuple.

Distribution 

Ecriture et mise en scène : Henri Mariel

Composition : Simon Nwambeben 

Illustrations : Patrick Mignon

Photos : © Ronan de Mary de Longueville / Phil Journé

Lecture : Henri Mariel

Musique et chant : Simon Nwambeben

 

  • Facebook Carré noir