top of page

LUTHER, OU LA RÉFORME EN DIX ROUNDS

Création contemporaine et musicale

Durée : 1h

Public : Tout public dès 15 ans

« Luther, ou la Réforme en dix rounds » a pour objet la rencontre fictive entre Martin Luther et le vendeur d’indulgences Jean Tetzel à Wittenberg la veille de la Toussaint 1517, le jour où Luther est censé avoir affiché les 95 propositions contre les indulgences qui sont à l’origine de la Réforme. Étant venu voir officier Tetzel qui donne quelques échantillons de son talent, il engage le dialogue avec lui, lui reprochant cet « infâme commerce des âmes ». Tetzel lui réplique non sans bienveillance, défendant la position du pape que Luther attaque de manière assez virulente. 

Luther02-photo-Anne-GroisardW_edited.jpg
En représentation...

20 février 2024 - Pornic (44)

Luther01-Photo-Anne-GroisardW_edited.jpg
Luther05-photo-Anne-GroisardW_edited_edited.jpg

Propos

Au cours de l’entretien, Luther lui raconte les années passées au couvent, son désespoir face à la « justice de Dieu », puis lui révèle les principes de sa doctrine de la grâce : l’homme n’a pas besoin d’accomplir des œuvres méritoires, il est incapable de travailler à son salut. Il lui suffit de croire qu’il fait partie des heureux élus pour être sauvé. Tetzel trouve cette doctrine absurde et contraire à la raison, car elle suppose un Dieu capricieux, sauvant ou damnant les hommes à volonté sans souci de leur état juste ou pécheur. Les hommes, objecte-t-il, ont besoin d’être guidés par une autorité qui prend en charge leur liberté qui est trop lourde à porter. Il suffit d’obéir à l’Église en se pliant à ses commandements pour être sauvé. À la fin, d’autres thèmes sont abordés : le célibat, l’hérésie et l’Inquisition espagnole, la traduction de la Bible entreprise par Luther, l’infaillibilité de l’Église en matière d’exégèse, le sacerdoce universel.

La pièce ne prend pas parti dans la dispute, elle s’efforce de tenir la balance égale entre Luther et Tetzel, entre le futur réformateur et un représentant de l’Église catholique.

Distribution

Texte : "Le Pardon de Dieu" de Gerhardt Stenger

Adaptation/Mise en scène : Henri Mariel

Création lumière : Bertrand Pineau

Avec :

Luther : Jean-François Gascard

Tetzel : Franck Steinmetz

Musicien : Marc Alexandre Gourreau

LIVRE DISPONIBLE À LA VENTE

 

La mise en scène

Au cours de l’entretien, Luther lui raconte les années passées au couvent, son désespoir face à la « justice de Dieu », puis lui révèle les principes de sa doctrine de la grâce : l’homme n’a pas besoin d’accomplir des œuvres méritoires, il est incapable de travailler à son salut. Il lui suffit de croire qu’il fait partie des heureux élus pour être sauvé. Tetzel trouve cette doctrine absurde et contraire à la raison, car elle suppose un Dieu capricieux, sauvant ou damnant les hommes à volonté sans souci de leur état juste ou pécheur. Les hommes, objecte-t-il, ont besoin d’être guidés par une autorité qui prend en charge leur liberté qui est trop lourde à porter. Il suffit d’obéir à l’Église en se pliant à ses commandements pour être sauvé. À la fin, d’autres thèmes sont abordés : le célibat, l’hérésie et l’Inquisition espagnole, la traduction de la Bible entreprise par Luther, l’infaillibilité de l’Église en matière d’exégèse, le sacerdoce universel.

La pièce ne prend pas parti dans la dispute, elle s’efforce de tenir la balance égale entre Luther et Tetzel, entre le futur réformateur et un représentant de l’Église catholique.

À télécharger

Dossier du spectacle

Dossier pédagogique

Photos

Affiche

Fiche technique

Captation intégrale disponible sur demande pour les professionnels

Crédit photo : Anne Groisard

La presse parle du spectacle...

"(...) En passant au crible des thèmes aussi essentiels que le salut, le rapport direct ou non à la divinité, et les dérives supposées d'une certaine Eglise, la pièce, qui se garde bien de prendre partie, questionne les limites de la liberté humaines (...). Ce duel brillant sait remettre au goût du jour un questionnement qui n'a rien perdu de son acuité ". 

Lire l'article entier > Presse Océan - 15 novembre 2017 

"(...) L'adaptation (du texte "Le Pardon de Dieu) est une réussite complète. (...) Henri Mariel est un metteur en scène expérimenté et les acteurs sont des professionnels chevronnés, excellents tous les deux. 

(...) Dans le succès final des cette création, deux éléments méritent une mention spéciale :

- d'abord le texte lui-même. La qualité et la précision de la pensée, qui sont la marque permanente des écrits de Gerhardt Stenger, sont portées par une mise en forme dont la qualité littéraire s'impose à tous. 

- c'est ensuite la musique, tout entière composée, chantée et jouée par le jeune Marc-Alexandre Gourreau. Une vraie découverte ! (...)"

Lire l'article entier > La Libre Pensée - novembre 2017

Les spectateurs parlent du spectacle...

"J'ai assisté hier à la première de "Luther, ou la Réforme en 10 rounds." J'ai adoré la pièce :

- pour la qualité d'expression orale et du jeu ;

- pour le texte de très bonne facture (humour, historique, fiction) ;

- pour la qualité des éclairages/décor et de l'ambiance musicale qui accompagnaient parfaitement le climax."

"J'ai trouvé l'ensemble très juste, une interprétation des deux comédiens, tout en finesse, avec le bon équilibre entre retenue et émotion qui ont magnifiquement servi un texte pensé, pesé, écrit avec une pertinence qui m'a touchée et embarquée immédiatement.... Bravo !"​

Théâtre de l'Entr'Acte

bottom of page